Marchés Emergents

Aspen Pharmacare

le géant pharmaceutique sud-africain et le marché des génériques en Afrique

Aspen Pharmacare est une entreprise pharmaceutique sud-africaine, spécialisée dans la fabrication de médicaments génériques. Fondée en 1850, avec un siège en Afrique du Sud, la société compte aujourd’hui plus de 6000 employés dans le monde.

A l’origine d’Aspen

Aspen Pharmacare est le plus grand laboratoire pharmaceutique africain. Entré en bourse en 1997, il réalise entre un cinquième et un quart de son revenu global en Afrique.

Le « Medicines and Related Substances Act » de 1965 a conduit la plupart des multinationales à protéger le fruit de leurs recherches par des brevets, favorisant par la même occasion l’apparition des producteurs de médicaments génériques, avec l’objectif de fournir des médicaments équivalent à l’expiration de ces brevets. Aspen Pharmacare (à l’origine Lennon Ltd, du nom de son fondateur Berry Grey Lennon) a capitalisé sur cette stratégie, en orientant dès 1975 sa R&D vers la production de génériques.

Aspen fournit aujourd’hui un panier diversifié de produits de marques, génériques, OTC fournis aux secteurs privé et public, principalement en Afrique du Sud. Leurs marques régionales bénéficient d’un fort capital de marque sur leur marché national, les aidant à être la première société pharmaceutique du secteur privé sud-africain. La présence de la société en dehors de l’Afrique du Sud se fait principalement en Namibie, au Botswana, en Tanzanie, au Kenya, au Nigeria, au Ghana et en Ouganda.

Présent sur tous les continents, en particulier en Europe, Aspen possède la majorité de ses sites de production en Afrique (indiqués par les ronds rouges sur la carte).

Santé et marché des génériques en Afrique

La production de médicament est inégalement répartie dans le monde. Ainsi, le continent africain n’en produit que 3 %, alors que 95 % des médicaments consommés sont importés. Cependant, cette situation diffère  selon les pays. L’Afrique du Sud et le Maroc réussissent à couvrir 70 à 80 % de leurs besoins pharmaceutiques tandis que, dans certains pays d’Afrique centrale, 99 % des médicaments sont importés.

La réglementation sur les droits de propriété intellectuelle a bouleversé les possibilités de production dans les pays en développement, avec notamment la conséquence délétère de leur interdire de continuer à produire légalement, pour leurs propres marchés, des copies de médicaments brevetés dans les pays du Nord. En outre, peu de pays, en particulier en Afrique, sont dotés d’organismes fiables leur permettant de délivrer des AMM et d’exercer un contrôle efficace des fabricants et des produits. C’est pour cette raison que, dans le cas particulier des maladies prioritaires et à la demande de certains organismes internationaux d’achat de médicaments, une pré-qualification accordée par l’OMS a été mise en place. Or, très peu de laboratoires africains obtiennent cette pré-qualification, ce qui conduit les organismes internationaux acheteurs de médicaments à se tourner vers des concurrents étrangers, principalement indiens.

La place des génériques

Les Etats d’Afrique subsaharienne prêtent un intérêt croissant à la gestion du risque maladie auquel font face les populations locales, lourd de conséquence en termes financiers pour les familles qui doivent souvent supporter la majeure partie des dépenses de santé publique. Le risque sanitaire fait de l’accès aux médicaments à bas coût un enjeu essentiel.  Le secteur des génériques représente donc un marché à fort potentiel sur le continent.

La stratégie et la place d’Aspen

L’importance des partenariats

Le groupe a su développer des partenariats stratégiques judicieux, notamment en Afrique de l’Ouest et au Nigéria avec le leader britannique Glaxosmithkline. Les perspectives de croissance sont très favorables pour le Groupe, qui a l’intention d’accroître sa prise de participation dans le groupe pharmaceutique tanzanien Shelys, qui fabrique notamment des traitements génériques contre le paludisme.

Des opportunités en Afrique

Dans les prévisions les plus optimistes, des analystes estiment que la consommation africaine de médicaments pourrait atteindre les 66,5 milliards de dollars cette année. La demande, croissante, en médicaments peut faire émerger une importante industrie pharmaceutique, une opportunité pour le groupe.

Le coronavirus?

Par ailleurs, dans le contexte de la crise du coronavirus, le laboratoire sud-africain est l’heureux détenteur des licences de fabrication de la dexaméthasone, dont une étude britannique vient de mettre en exergue l’efficacité dans le traitement des patients atteints du virus. L’entreprise sud-africaine s’est dite prête à « accélérer sa production ».

Sources : Site d’Aspen, L’Afrique des Idées, Secteur Privé & Developpement, Ecofin

0 comments on “Aspen Pharmacare

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :